13-05-2022
Un rayonnement du patrimoine de l’Université de Strasbourg grâce au Musée Adolf Michaelis

@ Retour aux Résultats de recherche
Créée en 2015, l’association des Amis du Musée Adolf Michaelis (AMAM) a pour but rouvrir les portes de l’une des plus grandes collections universitaires de France : les collections de l’Institut d’Archéologie Classique de l’Université de Strasbourg. Grâce aux dons, les bénévoles du Musée Adolf Michaelis sont en mesure de faire rayonner nationalement cette collection unique.

L’organisation d’expositions offre une forte visibilité aux collections de l’Institut d’Archéologie Classique de l’Université de Strasbourg. Après une exposition au Palais de l’Europe en 2018, deux expositions se sont tenues à la MISHA : en 2021, sur le thème de l’aube de l’archéologie grec, et en 2022 sur l’aspect pédagogique de la collection Michaelis pour fêter ses 150 ans. Cette seconde exposition regroupait des moulages, mais aussi d’autres pièces moins attendues de la collection, notamment des pièces de monnaies anciennes, des céramiques grecques ainsi que des tirages de photos anciennes.

L’organisation de ces expositions hors les murs du musée Michaelis ne serait pas possible sans l’aide des mécènes. En effet, les dons permettent la création de caisses de transport sur-mesures pour les oeuvres, indispensables à leur sécurité. Les fonds apportés par les donateurs permettent également de financer le transport des oeuvres en lui-même, notamment la location du camion ainsi que les harnachements.

L’AMAM organise également de nombreuses expositions temporaires au sein même du Musée Adolf Michaelis. L’exposition « Trésors Michaelis » notamment, a pour but de mettre en lumière une œuvre qui était jusqu’alors cachée dans les réserves, parmi les trésors dont regorge la collection de l’Institut d’Archéologie classique.

Le prêt de certaines oeuvres à d’autres musées nationaux, partout en France, est également un levier important pour la visibilité des collections du Musée Adolf Michaelis. Entre autres, l’AMAM a prêté certaines œuvres au Centre Pompidou de Metz dans le cadre de l’exposition « Sergueï Eisenstein », au Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg dans le cadre de l’exposition « Laboratoire d’Europe » ou encore au Musée de la Légion Étrangère d’Aubagne.

Ces prêts d’œuvres sont notamment possibles grâce au travail minutieux d’inventaire réalisé par les membres bénévoles de l’AMAM : chaque œuvre est décrite et analysée de manière complète. Depuis 6 ans, c’est 20% de la collection qui a pu subir ce traitement, pour les autres œuvres, c’est en cours de réalisation. Ces descriptions complètes des œuvres sont systématiquement transmises à d’autres musées en France, via le réseau gypsothèque, piloté par le Louvre. Grâce au travail d’inventaire des bénévoles, d’autres institutions muséales sont à même de connaitre le contenu de la collection de l’Institut d’Archéologie Classique de l’Université de Strasbourg et, de ce fait, de demander des prêts d’œuvres.

  • Université de Strasbourg
  • Musée Adolf Michaelis
  • Palais Universitaire de Strasbourg

 

 

 

Copy link
Powered by Social Snap