27-02-2018
Clarisse Maechling : « des étudiants en précarité croissante à la Faculté de pharmacie de Strasbourg »

@ Retour aux Résultats de recherche
La Faculté de pharmacie de Strasbourg déploie depuis des années une bourse qui soutient les étudiants méritants. Clarisse Maechling, directrice adjointe de la faculté de pharmacie, revient sur l’importance des dons pour accompagner les étudiants en difficulté vers la réussite.

Depuis 2013, la faculté de pharmacie de Strasbourg soutient ses étudiants grâce à une bourse financée par des dons et attribuée à partir de la deuxième année d’étude. Cette aide n’est pas accessible dès la première année, car il s’agit d’un concours commun qui débouche sur différentes spécialités médicales. « Il ne nous semblait pas logique d’attribuer des bourses à des étudiants qui se dispersaient » explique Clarisse Maechling. « Nous prenons du temps, de l’énergie pour récolter des fonds. Nous aimons autant le faire pour le diriger vers nos étudiants en pharmacie ». Les étudiants qui choisissent de se spécialiser en pharmacie peuvent donc bénéficier de la bourse pendant trois ans, jusqu’à leur quatrième année. Ils effectuent ensuite une cinquième année hospitalo-universitaire, ou des stages en officine leur permettent d’obtenir un revenu.

« Le moindre soutien financier ne peut qu’améliorer les chances de réussite »

L’obtention de la bourse de la Faculté de pharmacie passe par une sélection sur dossier. Chaque année, la commission calcule la somme qui peut être attribuée aux étudiants, selon les dons qui ont été récoltés et le nombre de demandes. Cependant seulement une douzaine de dossiers par promotion arrive à la commission alors que 30 à 35 étudiants par ans pourraient effectuer la demande. La proportion d’étudiants boursiers reste donc faible, malgré la campagne d’information.

Une fois la bourse obtenue, les étudiants sont soumis à une condition de réussite. L’aide n’est pas maintenue en cas d’échec. Clarisse Maechling affirme qu’une seule personne sur plus de 30 étudiants s’est vue retirer sa bourse. Dans tous les cas, le soutien des étudiants reste essentiel d’après elle. « Ce sont souvent des étudiants en difficulté… Le moindre soutien financier ne peut qu’améliorer les chances de réussite. Bien entendu la bourse est importante, mais il est tout aussi crucial qu’ils soient soutenus tout court. Cela montre que quelqu’un s’est intéressé à eux ». Clarisse Maechling témoigne que l’aide attribuée aux étudiants profite à tout le monde, même aux non-boursiers. « Tous les étudiants sont contents que l’on agisse pour les boursiers. C’est un sentiment très positif, un sentiment d’unité ». L’amicale des étudiants en pharmacie, une association d’étudiante, a même organisé un évènement pour ses 125 ans, dont les bénéfices ont été reversés pour les bourses. « Cette année, ils ont de nouveau versé 1000 €. Cela montre que les étudiants sont heureux de participer ».

« Le plus petit don peut nous aider »

Une partie des donateurs de la bourse de la faculté de pharmacie s’est rassemblée pour former un groupe : « Officines d’Alsace ». Il s’agit d’une dizaine de pharmaciens qui ont décidé d’offrir une bourse par an pendant trois ans.

« Notre métier a la particularité d’être une corporation. Les donateurs contribuent pour leurs futurs confrères », commente Clarisse Maechling.

Clarisse Maechling invite à continuer les dons pour les bourses de la Faculté de pharmacie, même à petite échelle. « Le plus petit don peut nous aider. Nous n’attendons pas des mille et des cents. Un don permet de faire un geste qui fera du bien aux étudiants et aux donateurs. La quantité n’est pas importante c’est l’action qui l’est. En choisissant de donner à la Faculté de pharmacie, les donateurs participent à une cause qui leur tient à cœur et savent où va leur argent ! ».

  • Université de Strasbourg
  • Bourses des donateurs
  • Fondation pour la Recherche en Chimie
  • Faculté de pharmacie

 

 

 

Copy link
Powered by Social Snap